[Corse-Matin] Des dispositifs pour aider les entreprises en difficulté

[Corse-Matin] Des dispositifs pour aider les entreprises en difficulté

Dans la vie d’une entreprise, il y a toujours des moments difficiles. Des périodes où le chiffre d’affaires est en baisse. D’autres au cours desquels l’activité est presque en pause.

Face à ces situations préoccupantes, la chambre de commerce et d’industrie de la Bastia et de la Haute-Corse (CCI2B) et la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) ont activé une cellule dédiée à l’accompagnement des commerces et des entreprises en difficulté.

Hier matin, dans une salle de la halle des sports de Ghisonaccia, une réunion organisée par la CCI2B, la CMA de Haute-Corse et l’agence de développement économique de la Corse se proposait d’aider les socioprofessionnels à prévenir et à gérer ces moments difficiles.

Une rencontre qui s’est déroulée en présence de représentants de la caisse de développement économique de la Corse (Cadec) qui ont présenté les dispositifs existants en matière de trésorerie.

Une dizaine de chefs d’entreprise de la microrégion étaient présents. « Notre but premier est d’informer nos ressortissants de la mise en place de cette cellule de prévention » , explique Georgina Robinet-Fraticelli, responsable de l’antenne CCI de Ghisonaccia.

Accompagnement et prévention des risques

Plusieurs situations ont été évoquées.

Il a par exemple été question des entreprises qui, pour diverses raisons, n’ont plus la possibilité d’occuper leurs salariés à plein temps. « Les motifs de cette réduction d’activité peuvent être multiples : conjoncture économique, difficultés d’approvisionnement, sinistres, intempéries, restructuration ou encore modernisation de la société, détaille Georgina Fraticelli. Il existe des solutions qui permettent l’indemnisation des heures non travaillées pour les salariés, une prise en charge financière conséquente de la masse salariale ainsi que la mise en place d’actions de formation afin d’accroître la compétitivité de l’entreprise ».

D’autres mesures d’accompagnement peuvent être trouvées dans le cadre d’une impossibilité à s’acquitter de ses cotisations, à payer ses impôts où, dans des cas plus graves, à apurer ses dettes auprès des organismes fiscaux et sociaux. « Il y a la possibilité d’étaler ses paiements et de négocier la remise de majorations de retard, que ce soit auprès de l’Urssaf, du RSI ou de la direction des finances publiques », poursuit-elle.

Si des dispositifs sont mis en place afin de parer aux périodes difficiles, les partenaires proposent également des solutions pour anticiper ces périodes de crise.

« Les entreprises ont la possibilité d’éviter de se retrouver en cessation de paiement en faisant appel au tribunal de commerce de manière confidentielle. Cela permet d’engager des procédures visant à trouver des accords financiers avec les banques, les fournisseurs ou les organismes sociaux et fiscaux », renchérit Georgina Robinet-Fraticelli. La prévention des difficultés peut ainsi devenir un acte de gestion, de manière à prévenir les problèmes futurs.

À l’issue de la réunion plénière qui présentait les différents dispositifs, les chefs d’entreprise présents ont pu s’entretenir en direct et en toute confidentialité avec les représentants des chambres consulaires et ceux de la Cadec.

Des dispositifs sont également proposés par l’Adec, qui n’était pas représentée hier.

Étaient également présents : Corinne Angeli (CCI 2B), Serge Palandri (CMA de Haute-Corse), Jean-François Alessandri et Jean Ordan, pour la Cadec.

PAUL-MATHIEU SANTUCCI