[CORSE-MATIN] Ghisonaccia : rencontres pour l’emploi surtout saisonnier

[CORSE-MATIN] Ghisonaccia : rencontres pour l’emploi surtout saisonnier

Habituée à accueillir des moments plus festifs, l’ambiance de la salle des fêtes de Ghisunaccia était studieuse. Ce mardi, les rencontres pour l’emploi avaient lieu toute la matinée. Il s’agit de la 19e édition.

Ce mardi – et comme chaque année – de nombreuses personnes se pressaient aux abords de la salle des fêtes et à l’intérieur. Il faut dire que l’évènement a su s’implanter dans la micro-région en se hissant au rang des salons les plus importants de l’année en plaine orientale avec des employeurs et demandeurs d’emplois venus de Ghisunaccia, Prunelli, Poghju-di-Nazza, Aleria, Ventiseri, Sulinzara et parfois bien au-delà.

Mais même si ce salon est une chance pour les plusieurs centaines de personnes présentes sur place, seulement 130 d’entre elles obtiendront un poste en sortant. Il faut donc jouer des coudes et savoir mettre son profil en valeur face aux employeurs. Ces derniers ont également répondu présents puisqu’ils n’étaient pas moins de 28 à avoir installé leur stand. Tourisme, service à la personne, grande distribution, intérim, service aux entreprises, agroalimentaires… ce sont quelques-uns des nombreux domaines qui recrutaient.

Dans tous ces secteurs où les postes sont à pourvoir, l’hôtellerie et la restauration font figure de leaders sur le marché de l’emploi. David Ferré est consultant culinaire et aide les restaurants à élaborer de nouvelles stratégies sur les menus, les produits mis à la carte, etc. Après un cursus basé à l’international, il s’est installé en Corse il y a maintenant 8 ans pour y travailler avec un ami. « J’exerçais mon métier dans les restaurants Michelin du monde entier. J’ai travaillé au Japon, en Allemagne, en Suisse ou encore en Thaïlande. Aujourd’hui je vis à Fulelli. » Son but est à présent de recruter des personnes motivées, une des qualités majeures pour la restauration. « Beaucoup de gens pensent qu’il faut avoir une qualification pour travailler dans la restauration alors que ce n’est pas du tout le cas« , explique le recruteur.

5 000 postes saisonniers vacants en 2018

C’est un des paramètres qui explique le manque d’embauche dans ce secteur. En 2018, près de 5 000 postes de saisonniers n’étaient pas pourvus en Corse. Une situation à laquelle veut remédier David Ferré. « Ce matin j’ai vu beaucoup de gens motivés, ça fait plaisir ! D’autant plus que 90% d’entre eux se sont dits prêts à bouger pour travailler. C’est rare« , a-t-il souligné.

Passés les 11 heures, la salle à quelque peu désempli mais de nombreux demandeurs d’emploi sont encore présents et naviguent entre les tables des recruteurs, à la recherche de la proposition adéquate. C’est le cas de Nicolas, âgé de 36 ans et qui est originaire de Travu. « Je recherche un job pour cet été. À la base, j’étais intéressé par la restauration mais j’ai vu une offre pour faire agent de libre-service, confie-t-il. En général, je viens aux rencontres pour l’emploi lorsque je n’ai pas de promesse d’embauche mais je viens également pour jeter un coup d’oeil. Sur un malentendu, on peut trouver quelque chose. »

Les institutions fortement représentées

Les rencontres pour l’emploi attiraient de nombreuses personnes au-delà des employeurs et des demandeurs d’emploi. Pour l’occasion, des membres de la mairie de Ghisunaccia, de la Chambre de commerce de Haute-Corse ou encore le sous- préfet de Corte Roman Leaustic, avaient fait le déplacement. « Je suis très content d’être là pour la première fois et de voir que tout le monde s’implique autant. L’enjeu de l’emploi est très important et l’effort doit être collectif. Puis c’est important qu’il y ait un contact direct entre les gens qui participe à ce salon« , a confié le représentant de l’Etat. 9,7%, c’est le taux de chômage en Plaine Orientale avec un nombre total de 1 546 demandeurs d’emploi.

MAX DESGOUTTE