[CORSE-MATIN] Afin de lister les priorités, place aux premières assises du commerce

[CORSE-MATIN] Afin de lister les priorités, place aux premières assises du commerce

Le projet suggéré par un collectif de commerçants a fait son chemin. La CCI 2B et la CMA 2B organiseront le 27 mai, des ateliers de travail en présence d’unions commerciales, d’élus et de techniciens.

En février, face aux élus invités, un collectif de commerçants et d’artisans bastiais a fait entendre ses craintes (*). Il a partagé ses difficultés et d’une seule voix, s’est opposé aux projets susceptibles de fragiliser davantage les commerces de proximité. En cause notamment, les futures installations commerciales dans la ZAE d’Erbajolo.

Au cours de cette réunion publique, une vague de revendications s’est alors engouffrée dans la salle de la mairie annexe de la ville, en se retirant, elle a convaincu l’assistance que des actions politiques devaient être engagées. La tenue d’assises du commerce suggérée par le collectif a été actée par les élus consulaires, il ne restait plus qu’à travailler la bonne copie.

Une liste d’actions pour s’armer face à la concurrence

Depuis, deux mois sont passés et une date a été annoncée. Le 27 mai, une dizaine d’associations de commerçants et d’artisans est conviée à participer aux premières assises du commerce, organisées par la CCI 2B et la Chambre de métiers et de l’artisanat dans les locaux du campus CCI Formation de Borgo. Des invités qui seront in fine des acteurs du projet, puisqu’ils devront prendre la parole, proposer et trancher. La chambre consulaire a en effet fait le choix de s’inspirer des modèles existants au niveau national, sans vouloir les dupliquer.

On se rappelle, que des réserves avaient été émises par ailleurs sur les résultats concrets de ces assises, au regard des versions connues au niveau national. L’idée est donc d’éviter la rédaction d’un grand livre blanc, en impliquant les différents partenaires sur un modèle pratico pratique.

« Nous allons mettre en place un système d’atelier sur les trois principaux thèmes du commerce. L’objectif est de mettre tous les représentants de commerçants autour de la table et de parvenir à lister cinq mesures sur chacun des trois ateliers. Il s’agit de trouver les plans pour orienter les décisions à venir, a expliqué Jean Dominici, le président de la CCI de Bastia et de Haute-Corse. Le commerce de proximité constitue le premier espace de rencontre et de convivialité dans les coeurs de ville, il doit aujourd’hui s’armer pour combattre une concurrence toujours plus pressante du commerce numérique, de l’évasion des chiffres d’affaires par internet et des grandes surfaces installées en périphérie« , a-t-il précisé pour justifier le plan d’action validé pour répondre à l’inquiétude « légitime » du collectif.

Trois tables rondes pour quinze propositions

Le 27 mai, les unions commerciales de Bastia centre-ville jusqu’à Lucciana proposeront des améliorations qui devront se traduire par des actions immédiates. L’effet levier est recherché. Ainsi, il sera question de dépasser les constats pour trouver des solutions viables pour maintenir l’économie locale. Mais aussi mettre chacun face à ses responsabilités. De quoi nourrir le débat …

Trois thèmes sont retenus. Le premier concerne l’accès, la circulation, le stationnement et la mobilité. Le second relève de l’attractivité, de l’animation et de la promotion. Et enfin, il sera question des aides, mesures et dispositifs existants.

« En travaillant à leurs côtés, nous allons parvenir à faire émerger une liste de propositions destinées à inciter les clients à venir ou revenir dans les centres-villes et à améliorer les équilibres entre tous les espaces commerciaux« , poursuit l’élu.

Pour conduire cet exercice, le cabinet Lestoux et associé, référent de la question de la révolution des territoires et de leur attractivité, pilotera la journée. Par la suite, une première ébauche de travaux sera communiquée par voie dématérialisée aux commerçants du territoire qui auront alors la possibilité de hiérarchiser les propositions et de les compléter. Une journée et quinze mesures. Un objectif ambitieux auquel veut croire la chambre consulaire qui a invité la collectivité de Corse, l’Adec, I’ATC, les services de l’État à rejoindre la table. Sont également conviés le député de la 1ère circonscription de Haute-Corse mais aussi les communautés de communes du Grand Bastia et les maires, afin de travailler aux côtés des artisans pour enrichir la liste. Pour le porter.

De l’implication des politiques, dépendra aussi le succès des actions ciblées. Au campus CCI Formation de Borgo, chacun des participants deviendra ainsi l’un des maillons de la chaîne économique locale. Résultat définitif livré avant l’été.

JULIE QUILICI-ORLANDI

 * Une initiative qui avait été formulée par un collectif de commerçants lors d’une réunion publique en février. Leur requête a donc été entendue.