Assemblée Générale Ordinaire CCI Corse à Ajaccio

Assemblée Générale Ordinaire CCI Corse à Ajaccio

Aujourd’hui, l’assemblée générale ordinaire de la CCI de Corse se déroule au Palais des Congrès d’Ajaccio.

Discours du Président Don François NICOLAI

Madame la Préfète,

Monsieur le Secrétaire Général,

Madame la Directrice Régionale des Finances Publiques,

Cher Paul, Cher Jean,

Chers collègues et chers amis,

Mesdames et Messieurs,

C’est avec un grand plaisir que j’ouvrirai aujourd’hui notre Assemblée Générale tout d’abord par quelques mots de satisfaction :

En premier lieu, pour me féliciter de l’issue favorable trouvée au conflit social au sein de la compagnie maritime La Méridionale qui a impacté nos dessertes et nos approvisionnements depuis une semaine, même si je reste convaincu que des effets rémanents en matière d’attractivité et de fiabilité de notre destination sont malheureusement à redouter pour le moyen terme.

En second lieu, pour apprécier et partager avec vous les progrès importants, observés et mesurables, dans les principaux dossiers que nous avons engagés depuis l’année dernière : l’Union consulaire, l’article 46 de la Loi PACTE, le SMAC, l’amélioration du rapport Goodwill…

Pour chacun de ces enjeux, nous avons aujourd’hui des éléments tangibles qui viennent alimenter notre espoir, notre objectif, celui de dessiner un nouveau modèle consulaire propre à la Corse, un modèle plus robuste et plus efficace, un modèle tourné vers l’avenir, et dont l’utilité au bénéfice de l’économie, au service des territoires, des entreprises et de nos concitoyens, soit la marque de fabrique.

Lorsque nous avons adopté notre plan de renforcement consulaire lors des Bureaux du 30 janvier et du 28 mars 2019, nous avions 3 chapitres majeurs avec 3 enjeux majeurs :

Le premier était de consolider notre posture, avec en particulier, une nouvelle phase d’étude sur les contraintes et handicaps économiques de l’insularité. C’est chose faite aujourd’hui, et nous aurons tout à l’heure la présentation des résultats de cette mission confiée au cabinet Goodwill.

Après les bons résultats de juin 2018, ce nouveau rapport qui tient compte des éléments relevés par l’IGF en réponse, apporte une série de consolidations et vient par sa robustesse nous permettre de relancer les discussions sur les mesures fiscales et sociales de nature à compenser tout ou partie de ces handicaps ou contraintes.

Le second de ces enjeux était celui de poursuivre notre lobby en faveur d’un modèle consulaire spécifique à la Corse, et force est de constater que la promulgation de la Loi PACTE du 22 mai 2019 est venue consacrer par son article 46 la reconnaissance, au moins dans son principe, de la pertinence de notre proposition, de nos travaux engagés l’année dernière par une délibération du 28 juin 2018 dont nous consacrons aujourd’hui tant l’anniversaire que la consécration par la Loi.

Le projet de convention d’un groupement de commandes qui vous sera proposé tout à l’heure, viendra donner un prolongement effectif à ce principe, et l’étude conjointe entre l’Etat, la Collectivité de Corse et les réseaux consulaires d’un nouveau modèle sera ainsi bientôt engagée conformément à nos attentes.

A ce titre, nous devons relever et souligner l’excellent état d’esprit et les fructueuses collaborations observées dans les réunions préparatoires, tant auprès des services de la CdC, que ceux du SGAC, et notamment la participation active de Monsieur Mamis et Monsieur Arsigny.

Le troisième enjeu était celui de nous renforcer, sans attendre le nouveau modèle espéré dans le prolongement de la Loi PACTE, par l’Union des forces consulaires au 1erjanvier 2020.

L’adoption de notre nouveau schéma directeur le 25 avril dernier a permis d’ouvrir une perspective sérieuse, et le projet de décret que nous venons de recevoir du Ministère, ainsi que le courrier de Madame la Préfète du 20 juin, et nous la remercions publiquement pour l’attention qu’elle porte à nos dossiers, sont là pour donner à cette hypothèse, le crédit et la forte probabilité qu’il puisse voir le jour dans les termes escomptés.

Cette Union que nous sommes en train de construire, je le rappelle, a comme triple objectif de :

  • Favoriser l’absorption des chocs budgétaires annoncés sur les ressources fiscales affectées ;
  • Améliorer notre positionnement dans la perspective des renouvellements de concessions ;
  • Préparer le nouveau modèle consulaire et le rapprochement avec la collectivité unique.

Après 6 mois de recul et surtout de travail, force est de constater que nous avons progressé sur chacun de ces trois enjeux, et que les éléments sont aujourd’hui réunis pour donner aux perspectives d’avenir des Chambres de Commerce et d’Industrie en Corse, des gages encore inaccessibles l’année dernière.

Mais les défis et les enjeux ne manquent pas, et les parcours que nous venons d’ouvrir, avec le soutien effectif et déterminant de la CdC et des services de l’Etat, sont certes devant nous, mais encore longs et pas simples à boucler afin de libérer enfin notre institution de ses inquiétudes et de ses problèmes internes, et retrouver l’intégralité de nos facultés et moyens pour nous tourner avec encore plus d’efficacité vers les entreprises, les territoires et nos citoyens.

Car l’essentiel est bien là, nos réformes n’auront de sens que si nous conservons et développons des facultés d’appui, d’accompagnement et de promotion des enjeux économiques de la Corse par des actes, des mesures, des engagements de ressources sur le modèle que nous cultivons : proximité, efficacité, pragmatisme.

Pour conclure, vous me permettrez d’insister, chers collègues, notre meilleur viatique et notre meilleur gage de pérennité ne sera pas celui du verbe ni des discours…

L’avenir des CCI est, reste, et restera sur le terrain, au contact des réalités, dans l’exercice quotidien et parfois ingrat de la mise en œuvre des politiques publiques, dans les entreprises, auprès des commerçants… enfin bref, vous l’avez compris, là où ça ne se bouscule pas au portillon, tant les étages de la stratégie et de la communication semblent aujourd’hui fasciner et concentrer les attentions.

Voilà, je ne serai pas plus long, les Assemblées Générales d’hier pour la CCI de Bastia et de la Haute-Corse, et de cet après-midi pour nos collègues et amis de la CCI d’Ajaccio et de la Corse-du-Sud, sont encore là cette année pour détailler chacune les dossiers et les actions, et j’observe avec grand intérêt et grand plaisir le développement des échanges et des coordinations qui augurent de la meilleure manière la réussite de notre Union dans les mois qui viennent.

Merci