[CORSE-MATIN] Bastia : Soldes, course aux promotions et système « en bout de course »

[CORSE-MATIN] Bastia : Soldes, course aux promotions et système « en bout de course »

Le coup d’envoi a été donné hier avec un premier « shopping de nuit » qui se reproduira tous les vendredis du mois de juillet. Les commerçants espèrent une nouvelle réglementation pour plus de cohérence aux périodes de soldes.

Les soldes ont-ils un sens ? Ce n’est pas un sujet de philo mais ça y ressemble, et la question n’appelle aucune réponse alors même qu’elle traite de l’absurde.

Elle est tout simplement posée à intervalles réguliers comme une ritournelle, par tous les commerçants qui, tout en se préparant fiévreusement à une embellie de trésorerie évoquent la concurrence d’internet. Déloyale, agaçante, incontournable.

Sans doute faudrait-il adapter la législation : évolutions climatiques, pics de température en chaud et froid, désorganisation des saisons, mondialisation, consommation à grande échelle, et on en passe, tout bouge et rien ne change et surtout pas les soldes qui cherchent une cohérence dans ce flou artistique.

« Une conjoncture économique faible »

Donc, pour faire bref, on solde, dans un fleurissement d’affiches alléchantes. « Le système est en bout de course, selon Alexandre, de la boutique hommes Tokyo, rue Napoléon, mais au fond, cette période de promotion est bienvenue pour tout le monde. Le problème vient du décalage de dates : les soldes ont débuté le 26 juin sur le Continent, la clientèle touristique s’attend forcément à une continuité. Elle n’achètera pas sans remise. Les commerçants sont donc contraints de faire des réductions durant cette période intermédiaire. »

Les « soldes privés » viennent précisément à point pour contenter cet apport de consommateurs, mais là encore, on joue sur les termes. Car les franchises, tenues de pratiquer des promotions de manière uniforme, ne visent pas seulement la clientèle fidélisée, elles ratissent bien plus large.

« Les soldes privés sont censés profiter à la clientèle habituelle que nous informons par sms, souligne Valérie, de la boutique Annexe, rue Campinchi et secrétaire de l’Union des commerçants bastiais du centre-ville qui regroupe plus de 130 membres. On s’efforce de respecter ces pratiques mais le décalage de date est un problème. D’autant qu’il n’y a plus d’exclusivité, tout se vend sur internet. Et en Corse, rappelons-le, la saison a démarré très tard, il neigeait le 15 mai ! De plus, la conjoncture économique est faible. »

Dans ce contexte, le shopping de nuit et ses animations de rues sont accueillis avec enthousiasme : « Les consommateurs attendent cette opération qui crée en centre-ville une ambiance conviviale, un air beaucoup plus « vacances », très attractif. »

Tous les vendredis de juillet

« La chambre de commerce et d’industrie de Bastia accomplit un gros travail pour cet événement et on ne peut que s’en réjouir, poursuit-elle. Nous bénéficierons également du concours de la compagnie consulaire et de la municipalité pour mettre sur pied fin août, une opération déballage, braderie sur le trottoir. »

Après son lancement au soir de la première journée de soldes, le shopping de nuit se poursuivra tous les vendredis du mois de juillet jusqu’à minuit. Certains commerçants, en particulier dans la rue Napoléon, sont déterminés à garder ce même rythme au mois d’août afin d’animer le plus longtemps possible cette artère piétonne à un moment où la fréquentation est particulièrement dense.

HÉLÈNE ROMANI