[La Lettre] La Corse fait le lit du tourisme durable

[La Lettre] La Corse fait le lit du tourisme durable

Forte de l’inconditionnel soutien de la CCI de Corse, l’Umih Corsica a répondu à l’appel à manifestation d’intérêts du « Plan France Relance ». Grâce au financement de ce dernier, la Corse de l’hébergement et de la restauration est éligible à un fonds de 5 millions pour devenir plus écologique.

En Corse, le tourisme durable n’est pas une destination chimérique, un eldorado rêvé, c’est une philosophie de développement humain, équilibré, harmonieux, qui respecte les valeurs sociales et environnementales. Un tourisme qui sort des sentiers battus pour emprunter son propre chemin, un tourisme plus conciliant avec la nature et avec ses hôtes, un tourisme économe en tout, en gaspillages, en déchets, en énergie, mais qui demeure, en se projetant dans l’avenir, à très haute valeur ajoutée. Il commence, doucement mais sûrement, à infuser dans les esprits. En prenant ses distances, de façon progressive et raisonnée, avec les modes et les habitudes enracinées depuis des décennies, le tourisme durable ne sera pleinement atteint que par l’accomplissement d’une révolution culturelle, mais une révolution tranquille. Sur notre territoire, elle est accompagnée par trois acteurs motivés qui souhaitent le meilleur pour notre filière touristique, qui ruisselle sur tant d’autres activités, et son emploi des quatre saisons : la CCI de Corse, l’Umih* et l’Ademe**, qui se sont, chacune de leur côté, engagées dans cette voie depuis quelques années déjà, mais qui forment désormais un triumvirat soudé pour relever le pari… durablement.

Accéder au dispositif : Accompagnement des entreprises au Tourisme Durable

CAP SUR LA RESILIENCE ECONOMIQUE

De l’onde de choc que constitue la pandémie pour notre économie, l’un des rares effets positifs, c’est de voir surgir des opportunités d’accélérer l’avènement d’un « monde d’après » plus protecteur de la planète et plus bienveillant pour ses habitants. Ainsi, dans le cadre de France Relance, l’État a mis en place un fonds spécifique, justement appelé le « Fonds Tourisme Durable » qui a pour vocation de soutenir, via des aides financières, des opérateurs du tourisme dans leur démarche vers un tourisme durable et les deux piliers sur lesquels il repose : la restauration et l’hébergement. La priorité est donnée aux territoires ruraux afin de promouvoir leur attractivité touristique grâce à leur engagement environnemental : recours aux énergies renouvelables pour atténuer l’empreinte carbone, gestion vertueuse de l’eau, réduction et valorisation des déchets, préférence des circuits courts, en proximité et en qualité, pour  les petits-déjeuners et la cuisine et des produits sans emballage ou conditionnés avec des composants recyclables. Et sans gaspillage alimentaire. C’est aussi une approche différente de l’accueil et de la sensibilisation de la clientèle à tout ce qui fait la richesse de la Corse : son littoral, sa montagne, ses sites remarquables, son patrimoine, son histoire, son artisanat, sa culture. Comme si le séjour et les visites s’englobaient dans un même état d’esprit. En un mot, le Fonds Tourisme Durable consiste à accompagner des restaurants et des hébergements touristiques vers une résilience économique grâce à un positionnement centré sur la transition écologique.

L’UMIH CORSICA SE DISTINGUE

Un premier appel à manifestation d’intérêt (AMI) a été clôturé en janvier. La Corse s’était portée candidate. Le dossier, coproduit par l’Umih et la CCI, adeptes du développement durable, a été sélectionné. « Nous avons travaillé main dans la main pour présenter une candidature solide et argumentée pour s’ériger en modèle de tourisme durable » se réjouit, au nom des deux organismes, Karina Goffi. La présidente de l’Umih Haute-Corse et élue consulaire peut être fière et confiante en l’avenir : l’Umih Corsica et le Parc naturel sont les deux lauréats de dimension régionale de notre territoire.Sur l’île, plusieurs hébergements touristiques ont reçu l’Écolabel européen et tous les deux ans, la certification est renouvelée si la conformité environnementale est rigoureusement avérée. « C’est ce vers quoi nous voulons tendre et gagner du terrain. Cet AMI nous en donne l’occasion et nous saurons la saisir. » En marge de ce dispositif, précisons que l’Agence de Tourisme de la Corse soutient l’Umih Corsica pour une plus large diffusion du label.

Des 50 millions de l’enveloppe nationale, la Corse a mobilisé 5 millions, une somme significative, dont la gestion est confiée au niveau territorial à l’Ademe avec  laquelle l’Umih Corsica a passé une convention pour déployer un plan d’action sur douze mois, le treizième étant mis à profit pour en dresser le bilan.

UN VASTE DIAGNOSTIC ENVIRONNEMENTAL

« La convention va nous permettre de passer un cap dans la transition écologique et ce Fonds en constitue la porte d’entrée pour réaliser des diagnostics chez les hébergeurs et les restaurateurs qui souhaitent résolument s’engager sur la voie du tourisme durable. Nous avons désormais les outils économiques pour les accompagner à moindre coût et du mieux possible. »

Plusieurs centaines d’établissements seront sensibilisés. L’objectif est de faire, dans un premier temps, aboutir la démarche pour 80 d’entre eux, peut-être davantage. Une fois le diagnostic environnemental accompli, c’est l’Ademe qui saisit le témoin et prend financièrement en charge les actions qui auront été identifiées par le prisme d’une approche transversale de la transition écologique (énergie, déchets, eau, adaptation au changement climatique…).

Un cofinancement du programme avec des partenaires privés sera recherché. L’accès au Fonds permettra enfin aux porteurs sélectionnés de bénéficier de prêts et de garanties de la part de Bpifrance et de la Banque des Territoires.

« Ce Fonds a un fléchage territorial très marqué vers les restaurants et hôtels. On prévoit déjà des pro-grammes spécifiques pour la Corse et Lourdes », explique Arnaud Leroy, président national de l’Ademe.

Si la CCI de Corse peut s’appuyer sur Julie Prosperi pour tenir le rôle de coordinatrice, l’Umih s’apprête à recruter un chargé de mission qui va explorer le vivier des professionnels du tourisme, des femmes et des hommes passionnés par leur métier au point de tout lui sacrifier et de tout supporter pour le pérenniser. C’est particulièrement éprouvant par les temps qui courent où la fermeture « durable » est devenue la règle.

Accéder au dispositif : Accompagnement des entreprises au Tourisme Durable

ARTICLE PARU DANS L’ÉDITION N°9 (AVRIL 2021) DE LA LETTRE – CCI DE CORSE

Lire La Lettre

* Engagement des Aéroports  pour la Sobriété Energétique et l’Environnement

** Airport Carbon Accreditation