[La Lettre] Aéroports : les « low cost » entrent en piste

[La Lettre] Aéroports : les « low cost » entrent en piste

La stratégie d’anticipation de la CCI de Corse il y a un an porte ses fruits, plusieurs compagnies aériennes à bas prix se sont engagées dans la durée pour desservir les quatre aéroports. Parmi elles, Transavia qui effectue une arrivée en force…

Nous allons récolter en 2021 les graines que nous avons semées en 2020. »

Les graines auxquelles Jean Dominici fait référence sont celles qui ont été ensemencées dans le ciel aérien de la Corse au moment où il avait été brutalement déserté car le virus, qui amorçait sa course implacable, clouait les avions au sol et confinait les candidats passagers à la maison.

Avec un sens aigu de l’anticipation, le président de la CCI de Corse et son équipe misaient non seulement sur une reprise de l’activité en haute saison – qui a bien eu lieu même si elle a été de courte durée – mais sur une croissance de l’activité aérienne dans la durée. C’est ainsi qu’au plus fort de la crise sanitaire, la chambre a mis au point ce qu’elle a appelé un

« plan de reconnexion » en proposant aux opérateurs de desservir les quatre aéroports corses avec des conditions attractives et la promesse d’un engagement sur au moins trois ans. Nous en sommes à la deuxième année et les fruits du partenariat pour la saison estivale qui s’amorce sont très prometteurs.

UNE FORTE CAPACITE D’ADAPTATION

Des compagnies low cost historiques comme EasyJet et Ryanair ont décidé d’apporter leur pierre à l’édifice de la reprise économique en étoffant sensiblement leur programme. De même, la compagnie espagnole Volotea, dont la principale base opérationnelle est à l’aéroport de Nantes-Atlantique, accepte de pérenniser son pont aérien avec la Corse et de l’élargir vers d’autres horizons. Mais la grande innovation est l’atterrissage de Transavia, la filiale à bas prix du groupe Air-France/KLM, dont beaucoup de professionnels du tourisme espéraient enfin la venue. Pour sa première saison, Transavia ne lésinera pas sur les moyens pour ouvrir des lignes sur Brest, Montpellier, Nantes et même la cité impériale de Fès au nord-est du Maroc.

Le challenge que ces compagnies relèvent en Corse, avec une offre potentielle de 265 500 sièges, n’est pas le seul mérite à mettre à leur actif. Elles présentent toutes les garanties de sécurité et des statistiques très élevées en termes de ponctualité et de taux très faible d’annulation. Par ailleurs, l’épidémie a permis de mesurer leur capacité d’adaptation, la souplesse de leur organisation et l’exigence des mesures sanitaires vis-à-vis des passagers. Elles ne redoutent pas, au contraire, la perspective d’un passeport sanitaire que l’Union européenne souhaite mettre en place dès le mois de juin.

« Ces compagnies vont étirer leur programme jusqu’à l’automne car nous espérons qu’en cette période la dynamique de fréquentation demeurera élevée. Notre objectif, c’est de les voir opérer également en basse saison mais aussi d’attirer d’autres opérateurs… » Jean Dominici précise que le travail s’est concentré sur le réseau national. Pour l’international, des discussions sont en cours, mais il faut attendre que les incertitudes soient levées pour les finaliser.

 

Le printemps calvaix..."

Des quatre aéroports de l’île, celui de Calvi Sainte-Catherine est celui pour lequel la programmation des compagnies low cost est sans aucun doute la plus spectaculaire. Et pour cause, elles avaient depuis longtemps disparu de son paysage aérien, ce qui constituait un obstacle à son essor.

Cette année, Transavia France fait une apparition remarquée avec EasyJet tandis que Volotea effectue un retour espéré. Alors que l’on redoutait un désintérêt durable de leur part, la plateforme de Calvi renverse la dynamique pour ne pas dire qu’elle renverse la table. Un nouveau souffle pour cet aéroport, situé au coeur d’une région stratégique en matière de développement touristique, qui justifie tous les travaux déjà enclenchés et étalés sur plusieurs exercices de rénovation, d’extension, de modernisation et de sécurisation.

ARTICLE PARU DANS L’ÉDITION N°9 (AVRIL 2021) DE LA LETTRE – CCI DE CORSE

Lire La Lettre

* Engagement des Aéroports  pour la Sobriété Energétique et l’Environnement

** Airport Carbon Accreditation