[La Lettre] Le « maritime » toutes voiles dehors!

[La Lettre] Le « maritime » toutes voiles dehors!

Trafic portuaire

Les efforts de la CCI de Corse pour relancer le trafic maritime après une « saison blanche » ont été récompensés. Tous les ports insulaires enregistrent une croissance significative…

Dans ses précédentes éditions, la Lettre de la CCI de Corse a maintes fois témoigné des efforts consentis par la « maison » pour consolider et même parfaire le pont aérien entre la Corse et le continent français et européen. Le pari de cette stratégie de la main tendue, relevé et gagné, a pu reléguer au second plan l’attention portée à la réactivation du trafic maritime qui s’est matérialisée dans la conception d’un plan marketing particulièrement audacieux établi pour une durée de trois ans à destination des armateurs – historiques- qui desservent le Continent et l’Italie depuis des décennies. Là encore, les résultats fournis par la direction des ports de notre chambre démontrent que la stratégie a été doublement payante, pour les opérateurs et pour notre économie.

« Les appels à manifestation d’intérêts faits auprès des compagnies a réussi à relancer l’activité. Malgré les contraintes sanitaires au premier rang desquelles la fermeture des frontières, la reprise est tout à fait remarquable » se réjouit Mado Guidicelli-Poletti, responsable des ports de Haute-Corse qui a planché sur le bilan avec son homologue de Corse-du-Sud, Jean-Yves Battesti. 

Le niveau de 2019 n’est pas loin : plus de 70% du terrain perdu a été rattrapé. Dans leur note de synthèse, le trafic portuaire des lignes régulières, tous postes à quai confondus, affiche une hausse de 28 % entre le 1er janvier et le 15 septembre par rapport à l’année dernière sur la même période. Mais pour prendre en considération les temps longs de confinement qui n’ont été suspendus qu’au printemps dernier, les informations se concentrent sur les quatre mois de l’activité saisonnière, à savoir du 15 mai au 15 septembre, qui représentent à eux seuls – assez logiquement – 88% du flux total.

TOUS LES PORTS CORSES ONT SAUVÉ LEUR SAISON

Les liaisons avec le continent français, c’est 73% du trafic global contre 27% pour le pont maritime avec l’Italie. Certes, les contraintes sanitaires relativisent les embellies enregistrées mais à la faveur des chiffres, la seule conclusion qui s’impose c’est que la présente saison a été sauvée. C’est vrai dans l’aérien, c’est vrai pour le maritime et c’est vrai pour le tourisme en raison de la nette amplification des flux entrants. En avant-saison, le nombre de passagers a été multiplié par 2,4 en un an. La progression s’est confirmée au fil des mois avec une hausse moyenne de 17 % pour le coeur de saison.

Dans des proportions différentes, tous les ports insulaires témoignent sans exception d’une croissance significative. Dans cette belle régate de la fréquentation, le port de l’Île-Rousse vire en tête avec 62% de passagers en plus mais Porto-Vecchio a eu aussi le vent en poupe (plus 38,3%) suivi de Propriano (plus 26,6%). Les grands bassins de Bastia et Ajaccio ont également tiré leur épingle du jeu avec respectivement une augmentation de 24,7 et 21,5%. Si le port de Bonifacio ferme la marche, c’est à cause des flux ralentis avec la Sardaigne, mais sa progression de 16,6% n’est en rien négligeable.

Une analyse par destination révèle que Toulon est la première ligne de desserte entre la Corse et le continent français (assurée par Corsica Ferries) suivie de Marseille et Nice. La classement international place Livourne en pôle position devant Savone, Gênes, la Sardaigne (Santa Teresa et Porto Torres) et Piombino.

ARTICLE PARU DANS L’ÉDITION N°14 (Octobre 2021) DE LA LETTRE – CCI DE CORSE

Lire La Lettre