La Lettre | Les aéroports corses se font “label”

La Lettre | Les aéroports corses se font “label”

Ajaccio, Bastia, Calvi et Figari ont obtenu la certifi cation « Airport Carbon Accréditation » pour leur capacité à réduire l’empreinte carbone dans leur fonctionnement respectif. Une grande performance.

La date du mercredi 21 décembre est à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de notre institution. Ce jour-là, en effet, la CCI de Corse a été rendu destinataire d’un courrier officiel émanant de l’ACI-Europe (Airports Council International), un organisme basé à Bruxelles qui est la voix de l’industrie aéroportuaire auprès des plus hautes instances européennes (plus de 500 aéroports représentés répartis dans 45 pays). La missive annonçait donc l’obtention de la certification ACA (Airport Carbon Accréditation) de niveau 2 pour l’ensemble des plateformes insulaires. Un label qui reconnaît – à prendre dans le sens de reconnaissance – les actions de réduction énergétique menées ces dernières années et par conséquent une diminution des émissions de gaz à effet de serre des quatre sites. Le niveau 2 d’implication baptisé « Réduction » (pour l’atteindre, l’émission totale de l’année la plus récente doit être inférieure à la moyenne des trois dernières années) va amener les aéroports vers une empreinte carbone de moins en moins impactante dans un futur proche. La décarbonation de nos plateformes est bel et bien lancée et la chambre est bien entrée de plain-pied dans une nouvelle ère écologique. C’était indispensable : côté opérateurs aériens, l’impact environnemental est devenu une obsession et, côté passager, le sentiment de culpabilité lié aux voyages en avion est de plus en plus prégnant. Désormais, tout le monde est sur la bonne voie.

des Passerelles mobiles d’embarquement sur-mesure pour les personnes handicapées ou à mobilité réduite et fonctionnant à l’énergie solaire

Défis relevés sur les quatre sites

Côté piste, la plateforme ajaccienne s’est dotée de deux passerelles mobiles d’embarquement faites sur mesure pour les personnes handicapées ou à mobilité réduite et fonctionnant à l’énergie solaire, comme bientôt les quatre passerelles classiques. Ce n’est pas une conversion ordinaire : l’aéroport d’Ajaccio est le premier au niveau mondial à réaliser cette opération ! Les mâts d’éclairage des parkings avions et des bâtiments seront bientôt dotés de LED et le renouvellement de la flotte automobile par des véhicules verts, hybrides ou électriques est sur le starting-block. Ajaccio va, par ailleurs, réaliser des travaux dits de «destratification » de l’aérogare pour mieux répartir la chaleur des halls et ainsi réduire de façon significative la production d’énergie. Une collaboration avec les Restos du coeur est envisagée pour 2023 dans le but d’éviter le gaspillage des aliments propres à la consommation jetés avant l’embarquement. Enfin, les agents se sont vus attribuer une gourde métallique personnelle pour limiter l’utilisation de gobelets au quotidien. Il existe maintes solutions au défi écologique, tantôt simples tantôt complexes, mais une chose est sûre : toutes représentent le bon geste pour la planète !

À l’aéroport de Bastia Poretta : des ombrières photovoltaïques

Ainsi, à Bastia un grand plan d’action sur les cinq prochaines années a vu le jour. Il projette la couverture totale de parkings qui, outre le confort offert aux usagers, répond à deux objectifs majeurs : le déploiement de bornes de recharges de véhicules électriques et l’alimentation des avions en escale en énergies renouvelables via un réseau intelligent et une architecture moderne. Un programme ambitieux qui nécessite la production d’hydrogène vert sur place à partir de l’énergie solaire. De surcroît, ce gaz vert permettra de remplacer les groupes électrogènes présents sur les plateformes et fonctionnant au fioul par des groupes électrohydrogènes, une alternative idéale au dispositif conventionnel qui favorise la perspective d’une flotte de véhicules verts et d’un parking aérien autonome énergiquement. Autant d’avancées qui contribueront à préserver l’intégrité du réseau électrique insulaire et qui entrent en parfaite adéquation avec ce que préconisent les politiques nationales, européennes et mondiales de la transition écologique qui font de l’hydrogène vert le cheval de bataille de la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.

Par ailleurs l’aéroport de Figari comme celui de Calvi ont adhéré au programme Hop Biodiversité et rejoignent ainsi ceux de Bastia et d’Ajaccio.

Ainsi, les aéroports de l’île fixent un cap ambitieux, dans l’ère du temps. Comme ils sont à la fois portes d’entrée et vitrines du territoire, c’est l’image de la Corse dans le monde qui gagne en luminosité.

ARTICLE PARU DANS L’ÉDITION N°28 (janvier 2023) DE LA LETTRE – CCI DE CORSE

Lire La Lettre