Revue de presse

[CORSE-MATIN] Tour de vis en Balagne et à Saint-Florent

« Le variant Delta est là et bien là et surtout en Balagne. » La phrase de Marie-Hélène Lecenne, directrice de l’ARS de Corse, lâchée en visioconférence depuis Ajaccio, en pleine conférence de presse hier, en dit long sur les inquiétudes des autorités concernant la situation sanitaire en Balagne plus particulièrement.

Le préfet de la Haute-Corse, François Ravier, a convié à ce point presse la directrice de la Haute-Corse mais également les représentants de la gendarmerie et de la police nationale. Le représentant de l’État a dévoilé les mesures qui rentreront en vigueur ce jour sur les communautés des communes de Calvi et de L’Ile-Rousse, ainsi que la commune de Saint-Florent pour « stopper l’apparition de nouveaux clusters sur le territoire de la Balagne mais aussi gérer les flux dans l’espace public ».

Plusieurs clusters ont été détectés la semaine dernière dans des baptêmes, des mariages et des soirées de plage. Moments auxquels auraient participé des personnes présentant des symptômes du Sars-CoV-2, « une hypothèse qui n’est pas exclue » par les services de l’ARS.

Pour limiter la progression du virus en Balagne, où le taux d’incidence est de 380 cas pour 100 000 habitants, alors que la semaine dernière il n’était que de 47, des mesures fortes ont été annoncées par François Ravier sur les 37 communes concernées.

Un arrêté préfectoral a été rédigé hier pour prendre effet dès ce matin pour durer jusqu’au 1er août. « Les feux d’artifice sont annulés ainsi que les bals de pompiers. Pour les événements festifs ou familiaux, ils sont limités à 50 personnes. En dehors de ce cadre, les bars, restaurants et établissement de plage se verront imposer des jauges à 50 % en intérieur et extérieur. Ils auront dans l’obligation de fermer à 23 heures. Tous les clients devront être assis. Le port du masque sera obligatoire pour des rassemblements de plus de six personnes. Les concerts ou les festivals se déroulant dans des espaces fermés sont interdits et pas uniquement en Balagne mais sur toute la Haute-Corse. Les boîtes de nuit ne sont pas concernées et pourront rester ouvertes puisqu’un pass sanitaire est demandé pour y accéder. »

Des renforts de police et de gendarmerie seront, eux, déployés sur toutes les zones concernées pour s’assurer du respect de l’arrêté préfectoral.

Un recours de la CCI de Corse

Des mesures qui ont été annoncées hier en fin de journée à tous les socioprofessionnels de Balagne et de Saint-Florent par les services préfectoraux.

Mais qui visiblement ont provoqué la colère des représentants de la Chambre de commerce et d’industrie de Corse. Ces derniers ont fait savoir dans un communiqué « leur stupéfaction » concernant « les dispositions sanitaires du préfet ».

La CCI de Corse dénonce « une absence d’échanges et de concertation », d’autant qu’elle « est la représentante légitime de ses ressortissants ». Pour la Chambre, dirigée par Jean Dominici, rien « ne permet de justifier de la proportionnalité des restrictions drastiques décidées » qui pour la CCI de Corse sont des « fermetures à peine voilées ».

Après avoir assuré l’ensemble des commerçants de leur soutien, les responsables de la CCI font savoir qu’ils vont saisir dès aujourd’hui leurs avocats « afin de préparer un recours visant à modifier et à adapter cet arrêté afin qu’il ne condamne pas à la ruine nos ressortissants ».

Pour la CCI de Corse, il faut que la jauge soit adaptée « aux différentes configurations des terrasses ou intérieurs ». Enfin, la limite de 23 heures est, selon elle, « totalement excessive une fois la jauge établie et respectée ». La CCI de Corse appelle tout de même à « l’ouverture immédiate d’un dialogue avec les autorités préfectorales ».

D’une façon générale, le préfet de Haute-Corse a martelé qu’il fallait absolument stopper l’évolution du variant Delta sur tout le territoire. « Il y a des cas également ailleurs et notamment à Bastia. »

François Ravier n’a d’ailleurs pas exclu, si la situation continuait à se dégrader, «de prendre des mesures à l’échelle départementale ». Rien qu’hier, 91 cas ont été comptabilisés en Balagne. En sachant qu’un patient atteint du Delta est susceptible de contaminer jusqu’à sept personnes…

Y.M.

[CORSE NET INFOS] Dispositions sanitaires en Balagne : « la stupéfaction » de la CCI de Corse

On ne peut pas affirmer que la CCI de Corse a apprécié les dispositions sanitaires arrêtées par le préfet de Haute-Corse pour les communes de Balagne et de Saint-Florent. Jean Dominici, président de la CCI fait part, dans un communiqué, de sa « stupéfaction et d’absence d’échanges et de concertation alors qu’il s’agit d’un enjeu sanitaire mais également économique crucial. » La CCI de Corse indique aussi qu’elle introduira un recours contre l’arrêté préfectoral pour le faire adapter aux différentes configurations. En attendant la CCI appelle à l’ouverture immédiate d’un dialogue avec préfecture et ARS de Corse

En savoir +

[CORSE-MATIN] Première vague touristique dans les ports de l’île

Plus de 64 000 passagers ont transité sur les quais des ports corses. Dans les halls des aéroports, l’activité était semblable à celle d’un bon démarrage de saison. Ce vendredi, début officiel des vacances, un deuxième chassé-croisé est attendu.

Premier chassé-croisé de l’été dans les ports insulaires. Le temps d’un week-end, ce sont près de 64 000 passagers qui ont transité sur les quais de l’île. Cette vague touristique a bel et bien donné l’impulsion de ce début de saison et permis de se régler à l’heure des grandes vacances. Plages fréquentées, terrasses de restaurants prisées et début d’embouteillage, l’été s’est installé en Corse. Sur le plan d’eau du port de commerce de Bastia, un ballet de 27 navires assurant 54 rotations a été orchestré entre vendredi et dimanche. Une reprise franche de l’activité sur trois jours qui n’est pas passée inaperçue et qui s’est traduite par un trafic dense aux heures de pointe sur les routes.

La Balagne tire son épingle du jeu

Ce premier week-end juillettiste, 41 400 passagers ont été recensés sur les ports de Bastia et de L’Ile-Rousse, ce qui représente une progression de +61 % par rapport à 2020, qui n’est pas l’année de référence comme en conviennent les différents opérateurs. « Et même si l’on compte 13 300 passagers de moins qu’en 2019, l’activité reste soutenue avec 66 rotations contre 51 en 2020 et 88 en 2019 », assure Mado Guidicelli, coordinatrice « port » à la chambre de commerce et d’industrie de la Corse.

En Corse-du-Sud, sur les quatre ports confondus, le trafic passager a porté sur 22 320 personnes. Toujours la moitié de l’activité enregistrée au nord et tout particulièrement à Bastia, première porte d’entrée maritime de l’île, qui concentre 60 % de l’ensemble du trafic.

En se livrant à une rapide analyse des données, force est de constater que sur ce premier gros week-end, le port de commerce de Porto-Vecchio, avec 5 366 passagers en transit, affiche une progression de 34 % par rapport à 2019, sur la même période.

À l’Extrême-Sud, Bonifacio comme Propriano se maintiennent à des chiffres similaires et sans surprise par rapport à la saison passée.

Pour aller chercher une vraie dynamique, il faut en ce début d’été suivre la Balanina. « La Balagne tire en effet son épingle du jeu cette saison, comme en témoigne le mois de mai avec 17 400 passagers soit une progression de +68 % », poursuit Mado Guidicelli. Le territoire a connu les prémices d’une belle saison en captant les premiers touristes qui ont choisi la voie maritime pour gagner les côtes insulaires.

S’il est nécessaire d’affiner les profils des voyageurs, les premiers indicateurs donnent pour tendance une fréquentation « majoritairement française ». Rien d’étonnant au regard des incertitudes intrinsèques à la crise sanitaire et à l’entrée en vigueur du certificat numérique européen Covid, seulement le 1er juillet. Une situation qui, nul n’en doute, aura freiné quelques départs en vacances.

Nouveau pic de trafic ce week-end

Mais à partir de vendredi, c’est un deuxième chassé-croisé intense et semblable en quelques ports à celui qui vient de se passer qui devrait se jouer sur l’île. Ainsi. 37 500 passagers sont attendus sur les deux ports du nord de l’île. C’est 20 % de plus par rapport à 2020, soit 61 rotations contre 55 en 2020.

Des prévisions en dessous de celles de 2019 avec 87 rotations comptabilisées et 20 000 passagers supplémentaires.

Sur le port de commerce d’Ajaccio, ce sont 17 000 passagers – soit 2 000 de plus d’un week-end à l’autre – qui sont attendus par les agents portuaires. La progression se confirme aussi à Porto-Vecchio et Bonifacio mais ce dernier ne fait pas encore le plein alors que l’offre est supérieure.

La tendance au départ de « dernière minute » mise en évidence par les enquêtes d’opinion nationale et la gestion des escales programmées désormais de façon hebdomadaire pourraient corriger à la hausse lesdites projections. Seule certitude, la reprise touristique est en marche et elle se vérifie au fil des jours puisqu’un étalement des arrivées s’opère sur une semaine entière.

L’effet plan de relance Marketing

Dans les bureaux de la Chambre de commerce, plan d’escale sous les yeux et prévisionnel d’activité épluché, les chiffres en termes de remplissage et de programmations sont encourageants.

« Positifs », oseront même avancer les plus optimistes, d’autant que l’institution a mis les moyens sur la table pour permettre cette reprise. Et ce, dès l’été 2020, avec la mise en place d’un plan d’accompagnement marketing régional attractif destiné à susciter l’intérêt et conforter les compagnies dans leurs projets de reprise d’activité.

Dans le domaine maritime, seules les compagnies hors DSP sont concernées et plus de 900 000 € sont mobilisés. Cela se traduit par des soutiens aux campagnes promotionnelles à destination des voyageurs français, italiens et allemands.

Une façon de booster le trafic et d’assurer une réelle dynamique.

Tous les jours de l’été, près de dix navires franchissent le port de Bastia. Autant sur une semaine à L’Île-Rousse. Des programmations qui n’autorisent pour l’heure que très peu de visibilité sur le long cours.

Le trafic des ports de l’île atteindra-t-il à nouveau les près de 4 377 000 passagers de 2019 ? Les objectifs sont posés.

Les enjeux économiques clairement réaffirmés pour le territoire.

Prochain point d’étape fin juillet pour le « plus important », chassé-croisé l’été.

JULIE QUILICI-ORLANDI

[CORSE-MATIN] La CCI et Transavia inaugurent trois nouvelles lignes aériennes

La saison haute a bel et bien débuté sur le tarmac de l’aéroport Sainte-Catherine de Calvi. Ce samedi, la quatrième plateforme aéroportuaire de I’île accueillait une trentaine de rotations vers le Continent et certaines villes européennes. Parmi les nombreux avions à atterrir puis redécoller durant la journée, les Boeing 737 de la compagnie Transavia France ont attiré l’attention. C’était en effet la toute première fois que la compagnie low cost foulait le sol de Balagne.En savoir +

[CORSE NET INFOS] Pollution aux hydrocarbures : la CCI de Corse active une cellule de crise

La CCI de Corse a décidé d’activer une cellule de crise à destination de ses ressortissants après le dégazage sauvage opéré au large de la plaine orientale. La chambre de commerce de Corse s’associera aussi à la « suite pénale et civile » qui sera « réservée à cette agression » et demande une surveillance de la navigation accrue dans le canal de Corse ainsi que des moyens d’intervention importants sur place. Le communiqué de la CCI de Corse. En savoir +

[CORSE-MATIN] Transavia inaugure de nouvelles liaisons aériennes

Transavia a inauguré, hier matin, à l’aéroport de Bastia, des nouvelles routes depuis la Corse.

C’est ainsi que cinq nouvelles dessertes (Bastia-Nantes, Ajaccio-Nantes, Ajaccio-Montpellier, Bastia-Montpellier et Ajaccio-Brest ) sont proposées par la compagnie low cost du groupe Air France qui poursuit son développement sur le marché domestique et augmente son offre estivale au départ de l’île de Beauté. Les premières rotations effectuées par la compagnie ont permis à sa clientèle corse de s’envoler hier vers Brest, Montpellier et Nantes.

On peut dire que cette arrivée est une véritable opportunité pour les aéroports insulaires, car au sortir de cette crise sanitaire qui n’en finit plus, c’est la promesse d’une nouvelle clientèle pour le tourisme en Corse, ce qui devrait redonner le sourire à tout le secteur. Des lignes de plus, dès hier, avec des rotations deux fois par semaine pour Bastia et Ajaccio, pour lancer la saison, et viendront ensuite des liaisons avec Figari et Calvi en juin. Et Transavia mettra donc la Corse à portée de toutes les bourses… et l’inverse est vrai également avec de belles propositions avec ces routes de l’ouest…

Très attendus, ce maillage entre Transavia et les aéroports d’Ajaccio et de Bastia et ces ouvertures de lignes donnent l’opportunité aux voyageurs de rejoindre rapidement et à petits prix, la Bretagne, la façade atlantique et le sud de la France. La compagnie et les aéroports corses travaillent en étroite collaboration pour assurer la sécurité des passagers grâce aux mesures sanitaires mises en place.

L’équipage a célébré ce vol inaugural par un traditionnel coupé de ruban en présence des élus de la CCI de Corse, Pierre Orsini, vice-président, Pierre Negretti, président de la commission Balagne et de la chef d’escale, Catherine Bourse, responsable des escales Transavia et ce à l’arrivée de l’avion en provenance de Nantes à l’aéroport de Bastia-Poretta.

Nicolas Rénine directeur général adjoint commercial et marketing de Transavia France a précisé : « Nous sommes très heureux d’inaugurer ces nouvelles dessertes et de proposer de nouveaux choix de destinations à notre clientèle après cette année difficile. Ces nouvelles routes offrent la possibilité aux passagers de redécouvrir la France cet été. »

Pierre Orsini et Pierre Negretti déclaraient pour leur part et de concert : « Il faut se féliciter du nouveau partenariat qui permet à la compagnie Transavia d’opérer, dès 2021, sur les quatre aéroports de Corse avec de fortes perspectives de développements ». La Corse ne pouvait qu’accueillir les bras ouverts cette compagnie low cost du groupe Air France, car chaque passager a son importance, lorsqu’il s’agit de relancer l’économie…

Au départ d’Ajaccio-Napoléon Bonaparte :

Transavia assurera des liaisons vers Brest-Bretagne, jusqu’à 2 vols par semaine et à partir de 39 E TTC l’aller simple. Également, la compagnie proposera des liaisons vers Montpellier-Méditerranée, jusqu’à 2 vols par semaine et à partir de 39 E TTC l’aller simple.

Enfin, Transavia reliera Nantes-Atlantique, jusqu’à 2 vols par semaine et à partir de 39 E TTC l’aller simple.

Au départ de Bastia-Poretta :

Transavia assurera des liaisons vers Montpellier-Méditerranée, jusqu’à 2 vols par semaine et à partir de 39 E TTC l’aller simple.

Également, la compagnie proposera des liaisons vers Nantes-Atlantique, à raison de 2 vols par semaine et à partir de 39 E TTC l’aller simple.

J.C.