[CORSE-MATIN] Un début de saison mitigé dans l’aérogare de Balagne

[CORSE-MATIN] Un début de saison mitigé dans l’aérogare de Balagne

Petit Poucet des aéroports insulaires, Sainte-Catherine voit transiter un peu plus de 300 000 passagers par an. Environ 70% du trafic est concentré durant la saison aéronautique estivale, qui court du dernier dimanche de mars au dernier dimanche d’octobre.

Une vingtaine de nouvelles destinations s’ajoute alors aux trois villes desservies par Air Corsica dans le cadre de la délégation de service public : Paris, Marseille et Nice.

« L’aéroport comptabilise entre 2 500 et 3 000 passagers sur tout le mois de février et peut en accueillir jusqu’à 2 200 au cours d’une même journée du mois d’août, constate Olivier Delprat, le chef d’escale. C’est le grand écart permanent, ne serait-ce qu’entre le calme relatif de la semaine et l’hyper activité du weekend. »

À Calvi, c’est la société privée Casavia qui assure le service d’escale aéroportuaire pour l’ensemble des vols. Les compagnies aériennes ne disposant pas de personnel au sol, elles sous-traitent l’ensemble des taches de « handling »: enregistrement et embarquement des passagers, gestion et chargement des bagages ou encore accueil des avions.

« Mon grand-père, Noël Casanova, a créé la boîte dans les années 1970, se souvient Olivier Delprat. J’y travaille depuis 1986. Nous sommes aujourd’hui 22 salariés permanents auxquels s’ajoute une vingtaine de saisonniers durant la saison estivale. Nos saisonniers sont tous des jeunes de la microrégion mais nous avons de la peine à recruter car les normes de sécurité et les conditions d’accès au métier sont de plus en plus contraignantes. »

Un aéroport difficile

Calvi Sainte-Catherine alterne des saisons de petite hausse et de légère baisse de sa fréquentation. Tout semble indiquer que 2019 ne dérogera pas à la règle. L’aéroport peine à trouver un véritable essor, notamment pour des raisons géographiques.

« La présence de reliefs nécessite que les pilotes aient un entraînement spécial, reprend le chef d’escale. Ainsi, 99% des décollages se font face à la mer, la piste n’a donc qu’un seul sens. Cette contrainte n’existe pas à Bastia. D’autre part, le service qu’offre l’aéroport est uniquement diurne, c’est-à-dire qu’aucun avion ne décolle ou n’atterrit entre le coucher et le lever du soleil. »

Les Balanins regardent sans doute d’un air envieux la croissance à deux chiffres de Figari Sud-Corse. Il y a quelques années, l’implantation du low cost Volotea n’avait duré qu’une saison à cause d’un trop grand nombre de vols déroutés. Mais le pari semble réussi pour Easyjet et Hop, qui desservent la Suisse et des petits aéroports français. De nouvelles destinations sont d’ailleurs programmées cet été.

« Le vol pour Charleroi est une réussite, estime Olivier Delprat. Nous ne sommes qu’un petit aéroport de cité balnéaire mais la structure fait vivre des gens et crée de la richesse. L’équipe de Casavia a une expérience solide et nos partenaires de la CCI nous aident vraiment. Ils ont mis tous les moyens nécessaires à notre disposition. »

La majorité des 28 lignes proposées cet été doit débuter dans le courant du mois de juin.

23 destinations proposées cet été depuis Calvi

Air Corsica et Air France : Bruxelles, Londres, Lyon, Marseille, Nice, Paris, Toulouse.

Hop : Bordeaux, Caen, Lille, Lyon, Metz-Nancy, Nantes, Rennes, Strasbourg, Toulouse

Brussels Airlines : Bruxelles

Eurowings : Cologne

Easyjet : Bale-Mulhouse et Genève

Germania : Zurich

Level : Linz, Salzbourg, Vienne

Luxair : Luxembourg

Swiss : Genève

 J.F. P.