[CORSE-MATIN] Une caserne aéronaval dernier cri pour s’adapter aux enjeux

[CORSE-MATIN] Une caserne aéronaval dernier cri pour s’adapter aux enjeux

En lieu et place des locaux exigus, en mal de travaux depuis 1958, les pompiers de l’aéroport de Bastia-Poretta disposent désormais d’un bâtiment « design » de 900m2 qui a été inauguré hier.

Depuis deux ans, d’importants travaux sont programmés sur l’aéroport Bastia-Poretta, qui en six ans a accueilli 500 000 passagers supplémentaires.

Dans le calendrier des chantiers annoncés (lire par ailleurs), la rénovation de la caserne de service de sauvetage et de lutte contre les incendies des aéronefs (SSLIA) était attendue de longue date. Depuis 1958, elle n’avait jamais réceptionné de travaux d’envergure. C’est désormais chose faite !

Hier, le nouveau bâtiment de 900 m2, totalement repensé pour se conformer aux normes de l’organisation de l’aviation civile internationale, a été inauguré par le président de la Chambre de commerce et d’industrie de Corse, en présence notamment d’Yves Tatibouet, le directeur de l’aviation civile du Sud-Est.

Une participation que Jean Dominici a interprétée comme « un signal » en ces temps de renouvellement de concessions. Comme un encouragement aussi à « poursuivre le travail sur la plateforme« .

La direction générale de l’Aviation civile (DGAC), dont la mission est de garantir la sécurité et la sûreté du transport aérien, le prouve en finançant ce chantier chiffré à 1 million d’euros.

Gilles Simeoni n’a pas, non plus, manqué le rendez-vous. D’abord parce que « les relations stratégiques » entre la CCI et la CdC sont vouées à se renforcer lorsque « la connexion aérienne est une condition sine qua non au développement économique de l’île« . Mais aussi pour saluer l’engagement des pompiers.

Un bâtiment « intelligent »

Lorsque Ange-Marie, 9 ans, a coupé le ruban béni par le diacre Pierre-Jean Franceschi, les invités ont pu fouler les locaux rénovés installés au pied de la tour de contrôle.

Les espaces sont désormais dotés d’une zone « administration et formation« , de vestiaires, d’une cuisine, de chambres de repos avec sonorisation en cas d’alerte. Mais aussi d’une salle de sport et de musculation à l’étage. Le point central de cette caserne « design », c’est la création d’une salle de veille qui permet de superviser l’activité de la piste.

Ce bâtiment intelligent s’inscrit in fine dans le cadre des enjeux du développement durable. Côté garage les trois véhicules, dont deux à mousse, conçus pour la lutte contre les incendies dans le domaine aéroportuaire sont branchés H24 pour être prêts à s’élancer en moins de trois minutes sur la piste. Voire dans les deux minutes selon les derniers objectifs européens.

Pour s’y conformer, les sapeurs-pompiers s’entraînent, même si, fort heureusement, l’aéroport de Bastia-Poretta n’a jamais été le théâtre d’incidents terribles. « Nous sommes tous des pompiers urbains avec la spécialité aéronautique, même si nous assurons les missions de secours à la personne et de péril animalier« , explique Antoine Coque, chef de manoeuvre, qui, avec son équipe, a participé à l’élaboration des plans.

Les pompiers sont également susceptibles d’être dépêchés pour des incidents à la centrale EDF de Lucciana comme au dépôt pétrolier.

Mais au quotidien, ils sont appelés pour des suspicions de fumée à bord des avions, pour des échauffements de trains d’atterrissage, mais aussi pour éviter tout risque sur la piste, notamment ceux engendrés par les volatiles, qu’ils doivent chasser. Exit l’ancienne caserne exiguë, la nouvelle répond aux attentes d’exigence et de performance que l’aéroport de Bastia-Poretta entend relever.

__________________________________________________________________________

Une salle d’embarquement livrée avant l’été

Depuis 2016, un plan de développement et d’investissement a été établi pour l’aéroport de Bastia-Poretta. La première tranche des travaux a consisté en des aménagements extérieurs au niveau des ronds-points et des parkings.

Actuellement, c’est l’étage de l’aérogare qui est en pleine mutation, avec la création d’une salle d’embarquement accessible par escalator et de deux tourelles pour rejoindre les aéronefs. 1 200 m2 supplémentaires vont ainsi être livrés avant l’été pour accueillir 900 passagers par heure.

Le tout pour un montant de 2,2 millions d’euros. Objectif : « Absorber le trafic actuellement subi avec une croissance annuelle exponentielle et préparer le développement de l’aéroport« , souligne Pierre-François Novella, chef des services « ingénierie et « exploitation » de l’aéroport.

Puis, en octobre, viendra le tour de la salle d’arrivée internationale du rez-de-chaussée de s’agrandir.

Côté piste, deux postes « avions » supplémentaires ont été créés et peuvent se transformer en postes « gros porteurs ».

En termes de développement durable, une couverture photovoltaïque est dans les tuyaux après le changement du système de climatisation de l’aéroport. Avec à la clef, en 2019, 50 000 euros d’économie réalisée.

L’autre ambition est de réaliser un parking de 300 places côté nord avant la fin de l’été. Et dans trois ans, dossier majeur pour le développement de Bastia-Poretta : la création d’un terminal 2.

JULIE QUILICI-ORLANDI